Le site de ma petite life

Accueil > Mes autres sites > Katsam Mongolie > Jour 20

Jour 20

samedi 21 novembre 2009, par Samuel

Au réveil, nous discutons avec notre voisin de chambre. C’est un russe. Ils sont arrivés à deux à la GH presque en même temps que nous. Il y a quinze jours environ. Ils font du vélo mais celui avec lequel nous discutons s’est pris une bonne grosse pelle. Il a encore des écorchures sur les mains, le visage et le ventre. Il est en convalescence. Il ne parle pas beaucoup anglais mais on arrive à peu près à se comprendre. Il se marre souvent.


Aujourd’hui, notre principale activité devrait être d’aller visiter le black market. On y arrive en fin de matinée. C’est un immense marché, en partie couvert. À l’intérieur, c’est découpé en zones. Comme les black market des autres villes. Ici, les chaussures, là les vêtements et encore ailleurs, les récipients en plastique. Il y a vraiment de tout. Juste pas trop de high tech. Katel trouve une paire de bottes pas très chères et plutôt sympa. Pendant qu’elle négocie un peu le prix, je regarde par terre. Le sol est couvert de carte à jouer. Des cartes normales, comme pour jouer au poker ou au kems. Je me dis que quelqu’un a du en laisser tomber. Mais en me baladant dans les allées, je vois plein de cartes partout. Comme si les joueurs ouvraient un paquet neuf à chaque partie. Peut être qu’il y a un rituel qui dit que celui qui perd doit jeter le paquet à cause de la malchance. Peut être rien à voir. On déjeune dans un petit restaurant sympa. Sur la carte, il y a des espèces de soufflets qui ont l’air vraiment appétissants. On en commande deux ou trois. la nana nous regarde et nous demande si on est bien sur. deux ou trois ? nous sommes sur. C’est ça qu’on veut. Et des pâtes et des crudités et un tas d’autres trucs. Ok, elle repart en cuisine et nous rapporte tout ce qu’on a commandé. Les soufflets ne sont en fait que des boules de pain. Zut, ça ne ressemblait pas vraiment à du pain sur la photo. Bon, c’est bon quand même. Après cette pause, on fait un tour par le rayon crémerie. Phil veut absolument acheter du fromage. Je ne sais pas trop comment décrire ce fromage. Quand on vient de France, LE pays du fromage, on a une idée assez arrêtée sur le sujet. Les Mongols ont plusieurs fromages. Il y en a un qui est dur comme du bois. Yukiko s’y est déjà cassé une dent lors d’un précédent voyage. Mais Phil en veut un autre. Un truc un peu plus mou. Avec un goût bizarre. Entre sucré et salé mais ni l’un ni l’autre. Vraiment bizarre.


Pas loin du black market, il y a le technical market. Le marché aux bagnoles. On sort donc pour tenter de le trouver. En marchant, on croise une nana qui marche avec un ressort d’amortisseur a la main. Je me dis qu’elle en revient probablement. Je lui demande donc d’où elle vient. Ça commence a rentrer le langage des signes. Au passage, je regarde son ressort, elle l’a fait ressouder. Je suis mi surpris mi pas. D’un coté, je me dis que ressouder un ressort d’amorto, c’est un truc de ouf. D’un autre coté, je me dis que j’ai vu pas mal de trucs fous ces vingt derniers jours. On reprend notre dans la direction indiquée par la jeune femme et enfin, nous arrivons au technical market. Comme le black market, c’est une vaste étendue non couverte. Les « exposants » attendent des containers que des gens viennent leur acheter des pièces. À la nuit, quand ils ferment, ils entassent toutes leurs pièces dans leur container et ferment la porte. Le bureau devient l’entrepôt pour la nuit. Comme pour le black market, c’est plutôt rangé. Les boites de vitesse ne se mélangent pas avec les moteurs qui eux même ne fricotent pas avec les optiques de phares. Dans quelques coins de vieux moteurs complètement désossés finissent de rouiller. C’est beau. Moi qui suis réfractaire à la mécanique, je trouve ça plutôt beau. J’ai prévu de faire un achat ici. J’ai bien aimé le klaxon un peu particulier qu’ils ont dans le coin. Un truc un peu corne de brume qui fait un bruit rigolo, comme un écho qui disparaît. Je devrais bien réussir a faire monter ça sur l’une de mes voitures ! J’en trouve plusieurs. Je fais quelques tests et c’est bon. Je paie et on peut partir. En partant, je passe devant un mec qui a exactement le même que moi mais neuf. Je lui demande combien il a payé. Zut… presque le même prix que moi… pfff. Je suis vraiment nul en négociation…

Nous rentrons à la GH. On va manger au petit restaurant en bas. C’est notre avant dernier soir. Mais demain, CHEVAL !

Cet article est repris du site http://www.katsam.fr/mongolie/Jour-...