Le site de ma petite life

Accueil > Mes textes > une journée, un texte. jour 2

une journée, un texte. jour 2

Le baiser

samedi 20 août 2011, par Samuel

Lucie s’approchait lentement. Ca faisait si longtemps qu’elle n’était pas revenue ici. Tellement longtemps. Elle avait plus ou moins consciemment mis cet épisode de sa vie de côté. Pas vraiment pour l’oublier mais plutôt pour ne pas l’accepter.

La semaine dernière, elle avait reçue un message sur facebook. Un message presque anodin. Enfin, sans aucun intérêt si on n’a pas le contexte. Mais le contexte était revenu tout de suite. Un prénom surgit du passé. Des souvenirs pourtant clairs comme si ils dataient de la veille : "Salut, c’est moi, j’aimerais te revoir. tu te souviens des Pyrénées ?"

Tu parles que Lucie se souvenait. Comment oublier même après onze ans ? Les souvenirs, c’est comme les babioles sur les étagères. On entasse et puis un jour, il faut faire le tri. On garde ceux qui nous ont touchés et on oublie les autres. Au moins, on ne peut pas les mettre en vente sur ebay.

Lucie s’arrêta à quatre ou cinq mètres. Eve l’avait embrassée ici. Dans cette source d’eau chaude des pyrénées. Comme ça, sans rien laisser voir venir. Juste comme ça. Elle l’avait embrassée puis était sortie de l’eau sans rien dire. Ce n’était pas le meilleur baiser de sa vie. Juste le plus beau. Peut être simplement le seul qui n’attendait rien. Elles parlaient de Lady Di qui avait filé à l’anglaise la veille avant de sortir en boite. Eve s’était levée, avait posé sa main sur la joue de Lucie et sa bouche sur sa bouche. Depuis, elle n’avait plus eu de nouvelles directes. Jusqu’à aujourd’hui.

Putain de facebook.

Lucie avait juste répondu : "Oui, je me souviens". Puis, elle avait envoyé un mail à son n+1 pour poser son jeudi et son vendredi. Elle voulait avoir le temps de faire la route.

Au matin du premier septembre, elle était là, à quelques mètres de la piscine d’eau chaude sur ce chemin de randonnées des Pyrénées. Elle se déshabilla et se glissa dans l’eau agréablement chaude malgré un été de merde. Elle se demanda si elle était là pour poser des questions ou pour avoir des réponses et finit par se dire qu’elle était surtout la parce que c’etait ce qu’elle voulait. On discuterait après.

Messages